veni vidi vici Index du Forum  
  FAQ •  Rechercher •  Membres •  Groupes •  S’enregistrer •  Messages Privés •  Connexion



 veni vidi vici 
Végèce

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Quintus flavius Ursus
Prétoriens

Prétoriens


Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2013
Messages: 377
Localisation: savoie

Message Sujet du message: Végèce Répondre en citant

VEGECE


Les Institutions militaires de Flavius Vegetius Renatus: http://veni.vidi.vici.xooit.eu/f37-Livres.htm


de son nom latin : Flavius Vegetius Renatus
On n'a pas d'autres indications sur la personne de Végèce que le titre même de son livre, où il est appelé homme illustre. Plusieurs manuscrits le qualifient de comte ; et Raphael de Volterre, qui n'en donne pas de preuves, le fait comte de Constantinople. Il est certain que Végèce a dédié son livre à un empereur d'Occident, et qu'il ne nomme nulle part Constantinople. S'il a été comte, c'est assurément une marque ou de naissance ou de mérite.

Il est plus intéressant de savoir sous lequel des trois Valentiniens il vivait ; ce n'est pas sous le premier. Le nom de Gratien, son successeur, qui est cité dans le premier livre, en est une preuve. A l'égard des deux autres, Végèce ne rapporte aucun fait qui puisse servir à résoudre la question. Le portrait qu'il fait de son prince dans les préfaces du second et du quatrième livre est visiblement un portrait flatté ; et la critique, qui veut asseoir ses jugements sur des pièces plus authentiques, sait qu'un auteur peut donner à un prince dont il brigue la protection, beaucoup de qualités qu'il n'a pas. Mais qu'il le loue pour certaines vertus lorsqu'il a précisément les vices opposés, elle sait aussi que cela n'est pas vraisemblable. Végèce dit à l'empereur qu'il surpasse tous ses prédécesseurs en clémence, en modération, en charité ; qu'on remarque surtout la dernière vertu, qui, comme toutes les vertus chrétiennes, est ennemie de l'éclat, et n'entre guère dans les éloges fastueux. Or, comment aurait-il osé parler ainsi à Valentinien III, lequel tua de sa propre main Aétius, le bouclier de l'empire, et fut lui-même assassiné par Maxime, dont il avait violé la femme ?

Cela ne peut donc convenir qu'au second Valentinien, surnommé le Jeune : et ce qui forme une preuve positive, saint Ambroise, qui ne flattait pas les princes, et qui savait si bien être évêque dans le sens que l'entendait le pieux Théodose, loue en effet, dans une oraison funèbre, le jeune Valentinien par les mêmes endroits que Végèce. Il relève surtout sa continence, dont il rapporte un exemple singulier, et n'hésite pas à le mettre dans le ciel à côté de son frère Gratien. De plus, Sozomène et Nicéphore, qui n'avaient pas le même intérêt que saint Ambroise et Végèce à louer cet empereur, s'accordent si bien avec eux sur son caractère, qu'on ne peut plus douter qu'il ne soit le même prince à qui les Institutions de Végèce sont dédiées. Déclaré Auguste en 375, il avait environ vingt ans lorsqu'il fut assassiné dans les Gaules en 392. C'est donc sur la fin du quatrième siècle que vivait Végèce.

Le peu qui nous reste des écrits des anciens sur l'art de la guerre ajoute au prix du petit traité de Végèce : nous avons perdu les livres de Caton l'Ancien sur la discipline militaire, ceux de Polybe sur la tactique, et d'autres auteurs illustres qui avaient traité des différentes parties de la guerre. Frontin et Polyen ne traitent que des stratagèmes et des ruses de guerre. Elien ne parle que de la tactique des Grecs. Le Poliorcétique d'Enée, qui passe pour antérieur au temps de Pyrrhus, n'en est pas plus admirable. Hygin est borné à la castramétation, de sorte que l'abrégé de Végèce est proprement le seul ouvrage ancien qu'on puisse regarder comme une espèce de cours de science militaire. On ne parle point des livres de l'empereur Léon, ni de ceux de l'empereur Maurice, qu'on accuse d'avoir copié Jules l'Africain. Comme empereurs et comme auteurs militaires, ils ne présentent qu'une faible idée de la puissance et de la milice des anciens Romains. Aucun auteur n'a parlé de la milice ancienne sans citer Végèce : beaucoup l'ont fait, en parlant de la guerre en général. Le célèbre Montecuculli, le digne émule de Turenne, ne s'est point fait scrupule d'adopter dans les Principes de l'art de la guerre un grand nombre de maximes de Végèce. «On ne peut prudemment, dit ce grand général, hasarder une bataille avec des troupes qui ne sont ni disciplinées ni aguerries. Et qui serait assez fou pour le faire ? Ce ne sera ni Scipion, ni Sempronius, ni Végèce .» A l'autorité de Montecuculli on peut joindre le témoignage d'un très habile écrivain militaire, le chevalier de Folard. «Si nous lisons Végèce avec toute l'attention qu'il mérite, dit-il dans son Traité de l'attaque des places , nous trouverons que son ouvrage est tout pris de Tite-Live, qu'il a réduit en principes et en méthode autant que le plan qu'il s'était proposé le pouvait permettre ; ce qui n'est pas un petit travail. Il s'est tellement resserré dans son quatrième livre, quoiqu'il le soit trop dans les autres, qu'il écarte une infinité de choses à l'égard de l'attaque et de la défense des places, dont il donne à peine une idée ; comme s'il n'avait écrit que pour ceux de son temps, et que son ouvrage ne dût pas pousser au loin dans la postérité. Cependant cette postérité, qui s'en fait tant accroire, n'a rien de mieux à lire, ni de mieux à faire, que de le suivre dans ses préceptes. Je ne vois rien de plus instructif ; cela va jusqu'au merveilleux dans ses trois premiers livres.» Il n'est peut-être pas exact de dire que Végèce ait réduit en maximes et en méthode TiteLive, qu'il n'a jamais nommé, et qui n'a guère de rapports avec lui. Il vaut mieux l'en croire lui-même sur les sources de son livre, lorsqu'il parle des ouvrages dont il l'a tiré. Mais ce qui importe ici, c'est de voir en quels termes s'est exprimée l'estime du chevalier Folard pour cet abrégé. Il y a d'ailleurs de la vérité à dire que bon nombre des préceptes qu'expose Végèce auraient pu être tirés des grands exemples de l'Histoire romaine de TiteLive.

Végèce, en effet, excelle dans les maximes générales. Il avait très bien compris que le seul moyen de relever la majesté de l'empire, c'était de faire revivre l'ancienne police militaire. Ses conseils à l'empereur Valentinien sont pleins de sagesse et de vérités philosophiques ; et tous ses préceptes sur l'art de la guerre renferment des principes féconds en conséquences. Le plan de l'ouvrage est méthodique. Il traite des levées et des exercices des nouveaux soldats dans son premier livre ; dans le second, de la légion, de son ordonnance, de ses différents genres de soldats, de leurs armes, de leurs fonctions. Ces deux livres servent de préparation au troisième, qui roule sur les grandes opérations de la guerre, principalement sur la tactique. Le quatrième regarde l'attaque et la défense des places ; et le cinquième., la marine.

On peut remarquer dans cet ouvrage, où tant de matière est renfermée, les deux défauts presque inséparables des abrégés, l'obscurité et la sécheresse. Il en est un autre plus grave : Végèce confond les temps et les usages militaires. Les anciens, chez lui, signifient tantôt les Romains dans leurs commencements, tantôt la république florissante ; souvent des temps peu antérieurs à son siècle. En général, il n'observe pas assez les différentes époques de la milice. Quant à son style, s'il est vrai qu'il soit en certains endroits obscur et sec, en beaucoup d'autres il ne manque ni d'élégance ni de force ; et, eu égard au temps où vivait Végèce, son livre est d'un bon écrivain. Le ton en est par moments élevé, et, parmi quelques fleurs de rhétorique, on rencontre des passages animés de cette éloquence que donnaient à l'auteur l'amour de son sujet, au Romain l'admiration du passé de son pays.

Parmi les traductions qui ont été faites des cinq livres de Végèce, deux seulement, publiées au dernier siècle vers la même époque, méritent d'être remarquées. L'une est celle d'un savant membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, Bourdon de Sigrais ; l'autre est du chevalier de Bongars, l'un de nos plus habiles écrivains militaires. La traduction de Sigrais, plus littéraire et plus exacte, est moins technique que celle du chevalier de Bongars, qui est loin d'ailleurs de manquer d'élégance. Celle que nous donnons est, pour la plus grande partie, une reproduction du travail de ces deux traducteurs, révisé avec soin, et mis d'accord, pour la disposition des chapitres comme pour le détail, avec l'excellent texte de Nicolas Schwebelius, que nous avons adopté. Bongars, occupé surtout du sens et du technique des préceptes, néglige quelquefois la partie morale, et a rendu son auteur plus sec qu'il n'est, en indiquant plutôt qu'en traduisant les pensées philosophiques que Végèce mêle parmi les règles. Nous y avons suppléé par des additions assorties au style simple, ferme et net de la traduction.


Message Posté le: Jeu 29 Oct - 07:54 (2015)
Revenir en haut
Publicité








Message Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Message Posté le: Jeu 29 Oct - 07:54 (2015)
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Traduction par : phpBB-fr.com